News / Blog

Pro$: Genetic Selection for Profit
June 4, 2015

Fill in the blank: When making genetic selection decisions, my ultimate goal is to create a ___________ cow. If you filled in the blank with the word “profitable”, a new tool is on the way that will be of interest to you. Over a year of research has led to the development of a new genetic selection index that will allow Canadian dairy producers to improve their herd profitability.
Why do we need a second national index?

This index was developed by Canadian Dairy Network (CDN) over the past year following an industry request to explore the possibility of developing a second national index that targets dairy producers who generate essentially all of their farm revenue from milk sales. The newly developed, profit-based index has been named “Pro$” (pronounced Pro Dollars), and has officially been approved for release in August 2015. Pro$ will be available in the Holstein and Jersey breeds, while other dairy breeds will use the research behind the development of Pro$ to modify their existing LPI formula to better reflect profit.

The development of Pro$
The backbone of Pro$ is cow profitability data from Valacta and CanWest DHI – data that comes directly from Canadian dairy farms. This information is provided to their customers across Canada in the form of a Cow Profitability Report as well as a Herd Summary Profitability Report. The economic parameters used to derive the profitability values for each cow are updated annually by economists in order to assure their relevancy.

Using the cow profitability formula derived by Valacta and CanWest DHI, CDN calculated the accumulated profit to six years of age for nearly 700,000 Holstein cows born from January 2005 to September 2008. This time period was chosen in order to give each cow the opportunity to reach six years of age when the analysis was conducted at the end of 2014. If cows did not survive to six years of age, their accumulated profit until the date they left the herd was considered as their lifetime profit. While profit can be accumulated to any age, or to each calving, the decision to define profit to six years of age allows each cow the opportunity to express its ability to survive through multiple cycles of reproduction and production, which is important for defining which traits are most important contributors to lifetime profitability. Once the accumulated profit was calculated for each animal, the cows were grouped by sire to calculate the average profit of its daughters to six years of age.

The final step required to develop Pro$ involved performing a statistical regression analysis, which is a technical way of saying sire proofs for various traits were used as input to predict the average daughter profit to six years. Sires were only included if they had at least 100 daughters with profit data, leading to a total of 830 Holstein sires analyzed. Using regression analysis allowed CDN to consider the genetic relationships among all traits to determine the contribution that sire evaluations for each trait have in terms of predicting the average profit of their daughters in a scientifically sound and objective way.

Interpreting bull ratings for Pro$
Pro$, the “Pro” standing for “profit”, will be expressed in dollars and as a deviation from breed average. In other words, sires with a Pro$ of $0 are expected to produce daughters that have an average accumulated profit to six years that is equivalent to the average cow in Canada, which is approximately $2500 for Holsteins. Likewise, bulls with a Pro$ of $1000, can be expected to sire daughters that have an average accumulated profit to six years that is $1000 higher than daughters of the average Pro$ bull. In other words, selecting sires with a higher Pro$ value will directly translate to increased lifetime profit of the resulting daughters. This concept is illustrated in Graph 1 and Figure 1 below. If your herd is better managed than the average herd in Canada, your herd’s average accumulated profit to six years may be higher than the national average but the interpretation of the difference between the Pro$ values for two sires remains equal across all herds.

CDN-Graph1-Figure1

LPI and Pro$ – Similarities and Differences
Effective August 2015, the updated LPI formula for Holsteins will have relative weights of 40%, 40% and 20%, respectively, on the Production, Durability (longevity and functional conformation), and Health & Fertility components. Also of importance is the inclusion of the new Mastitis Resistance index introduced in August 2014 into the LPI formula. Taking these LPI updates into consideration, what can you expect as a result of selecting for Pro$ compared to LPI?

First off, it is important to realize that lifetime profit can be defined differently from farm to farm, depending on the sources of revenue and associated expenses. While Pro$ is targeted to meet the needs of producers who generate essentially all their revenue from milk sales, LPI retains the interests of those who market genetics domestically and abroad. Compared to LPI, using Pro$ as your primary selection tool will maximize production yields, longevity and overall fitness. On the other hand, using LPI as your primary selection tool will lead to a herd with exceptional conformation and fat and protein deviations. No matter which index you align yourself with, you can be confident that all of the information that feeds the traits in each index is sourced directly from Canadian dairy farms.

So which proven sires top the charts for Pro$? Table 1 shows the sires that would currently rank in the Top 15 for Pro$ as well as their rank for the current LPI. Examining the two lists reveals 10 out of 15 bulls are in common. Five bulls ranking in the Top 15 for Pro$ rank outside of the Top 15 for LPI, as is indicated by the shaded cells in the LPI rank column.

CDN-Table1

The differences in ranking between the two lists above highlight some of the differences between the two indexes and may help producers better align themselves with the index that serves their goals. Over a year of research has led to the development of Canada’s new profit-based index, Pro$, to be released for the first time with the August 2015 official genetic evaluation run. The provided background on the creation of Pro$, the explanation of Pro$ proof interpretation, and the comparison between Pro$ and LPI should allow Canadian producers to feel confident in this new and innovative genetic selection tool.

Authors: Lynsay Beavers, Industry Liaison Coordinator, CDN and Brian Van Doormaal, General Manager, CDN

Pro$:  sélection génétique en vue du profit

Complétez l’énoncé suivant : lorsque je prends des décisions en matière de sélection génétique, mon but ultime est de créer une vache ___________. Si vous avez rempli l’espace avec le mot « rentable », un nouvel outil bientôt disponible saura vous intéresser. Plus d’une année de recherche a mené au développement d’un nouvel outil de sélection génétique qui permettra aux producteurs laitiers canadiens d’améliorer la rentabilité de leur troupeau.

Pourquoi avons-nous besoin d’un deuxième indice national?
Le Réseau laitier canadien (CDN) a élaboré cet indice au cours de la dernière année à la suite d’une demande de l’industrie visant à explorer la possibilité de développer un deuxième indice de sélection ciblant les producteurs laitiers dont essentiellement tous les revenus à la ferme proviennent de la vente de lait. L’indice nouvellement conçu, basé sur le profit, a été appelé « Pro$ » (se prononce Pro Dollars) et il a été officiellement approuvé en vue de son lancement en août 2015. Pro$ sera disponible dans les races Holstein et Jersey, alors que les autres races laitières utiliseront la recherche derrière le développement de Pro$ pour modifier leur formule d’IPV existante afin de mieux refléter le profit.

Le développement de Pro$
La pierre angulaire de Pro$ repose sur les données de rentabilité des vaches fournies par Valacta et CanWest DHI – des données qui proviennent directement des fermes laitières canadiennes. Cette information est fournie à leurs clients dans l’ensemble du Canada sous la forme d’un Rapport de rentabilité des vaches ainsi que d’un Rapport sommaire de rentabilité de troupeau. Les paramètres économiques utilisés pour établir les valeurs de rentabilité de chaque vache sont actualisés chaque année par des économistes afin d’en assurer la pertinence. En utilisant la formule de rentabilité des vaches établie par Valacta et CanWest DHI, CDN a calculé le profit accumulé jusqu’à l’âge de six ans par près de 700 000 vaches Holstein nées de janvier 2005 à septembre 2008. Cette période a été choisie de façon à donner à chaque vache la possibilité d’atteindre l’âge de six ans lorsque l’analyse a été réalisée à la fin de 2014. Si les vaches ne survivaient pas jusqu’à six ans, leur profit accumulé au moment où elles ont quitté le troupeau était considéré comme leur profit à vie. Même si le profit peut être accumulé jusqu’à n’importe quel âge, ou jusqu’à chaque vêlage, la décision de définir le profit à l’âge de six ans donne à chaque vache la possibilité d’exprimer sa capacité de survivre à de multiples cycles de reproduction et de production, ce qui est important pour définir les caractères qui contribuent le plus à la rentabilité à vie. Une fois que le profit accumulé a été calculé pour chaque animal, les vaches ont été regroupées en fonction de leur père en vue du calcul du profit moyen de ses filles jusqu’à l’âge de six ans.

L’étape finale exigée pour l’élaboration de Pro$ consistait à effectuer une analyse statistique de régression, ce qui est une façon technique de dire que les épreuves des taureaux pour différents caractères ont été utilisées comme données de départ pour prédire le profit moyen des filles jusqu’à six ans. Les taureaux n’étaient inclus que s’ils avaient au moins 100 filles avec des données de profit, ce qui a mené à l’analyse de 830 taureaux Holstein au total. L’utilisation d’une analyse de régression a permis à CDN de considérer les corrélations génétiques entre tous les caractères en vue de déterminer la contribution qu’apportent les évaluations des taureaux pour chaque caractère sur le plan de la prédiction du profit moyen de leurs filles de façon scientifiquement rigoureuse et objective.

Interprétation du classement des taureaux selon Pro$
Pro$, où « Pro » désigne le « profit », sera exprimé en dollars et en tant qu’écart par rapport à la moyenne de la race. En d’autres mots, les taureaux dotés d’un Pro$ de 0 $ devraient engendrer des filles ayant un profit accumulé à six ans qui équivaut à celui de la vache moyenne au Canada, soit approximativement 2 500 $ chez les Holstein. De même, on peut s’attendre à ce que les taureaux avec un Pro$ de 1 000 $ engendrent des filles dont le profit moyen accumulé à six ans sera de 1 000 $ supérieur par fille à celui des filles d’un taureau Pro$ moyen. De cette manière, la sélection de taureaux dotés d’une valeur Pro$ supérieure entraînera directement
une augmentation du profit à vie de leurs filles. Ce concept est illustré au Graphique 1 et à la Figure 1 ci-dessous. Si votre troupeau est mieux géré que le troupeau moyen au Canada, le profit accumulé moyen des vaches de votre troupeau jusqu’à l’âge de six ans pourrait être plus élevé que la moyenne nationale, mais l’interprétation de la différence entre les valeurs Pro$ de deux taureaux demeure égale d’un troupeau à l’autre.

CDN-Graph1-Figure1-French

IPV et Pro$ – similitudes et différences
À partir d’août 2015, la formule d’IPV modifiée chez les Holstein comportera des pondérations relatives respectives de 40 %, 40 % et 20 % pour les composants de Production, de Durabilité (longévité et conformation fonctionnelle) et de Santé et Fertilité. L’inclusion du nouvel indice de Résistance à la mammite introduit en août 2014 dans la formule d’IPV revêt aussi de l’importance. Compte tenu de ces actualisations de l’IPV, à quoi pouvez-vous vous attendre à la suite de la sélection en fonction de Pro$ par rapport à l’IPV?

Tout d’abord, il est important de réaliser que le profit à vie peut être défini différemment d’une ferme à l’autre, selon les sources de revenus et les dépenses associées. Alors que Pro$ vise à répondre aux besoins des producteurs dont les revenus proviennent essentiellement de la vente de lait, l’IPV suscite l’intérêt de ceux qui commercialisent des produits génétiques au pays et à l’étranger. Par rapport à l’IPV, l’utilisation de Pro$ comme principal outil de sélection maximisera les rendements en production, la longévité et les caractères fonctionnels. D’autre part, l’utilisation de l’IPV comme principal outil de sélection fera en sorte que le troupeau affichera une conformation exceptionnelle ainsi que des différentielles de gras et de protéine supérieures. Quel que soit l’indice que vous adopterez, vous pouvez avoir bon espoir que toute l’information qui alimente les caractères dans chaque indice provient directement de fermes laitières canadiennes.

Quels taureaux éprouvés dominent le classement selon Pro$? Le Tableau 1 indique quels taureaux devraient actuellement se classer parmi les 15 meilleurs pour Pro$ ainsi que leur rang actuel selon l’IPV. Un examen des deux listes révèle que 10 taureaux sur 15 sont les mêmes. Cinq taureaux classés parmi les 15 meilleurs selon Pro$ ne figurent pas parmi les 15 meilleurs pour l’IPV, comme l’indiquent les cellules ombragées dans la colonne du classement de l’IPV.

CDN-Table1-French

Les différences de classement dans les deux listes ci-dessus font ressortir quelques-unes des différences entre les deux indices et pourraient aider les producteurs à mieux se positionner par rapport à l’indice qui répond à leurs objectifs. Plus d’une année de recherche a mené à l’élaboration du nouvel indice canadien basé sur le profit, Pro$, qui sera publié pour la première fois lors de la ronde d’évaluations génétiques officielles d’août 2015. Le contexte de la création de Pro$, les explications sur l’interprétation des épreuves Pro$ ainsi que la comparaison entre
Pro$ et l’IPV devraient permettre aux producteurs canadiens d’avoir confiance en cet outil de sélection génétique nouveau et novateur.

Auteurs : Lynsay Beavers, coordonnatrice de la liaison avec l’industrie, CDN and Brian Van Doormaal, directeur général, CDN



CURRENT ISSUE

Winter 2017



 




error: Content is protected !!